On raconte que le château fort du Bernstein, sur les hauteurs de Dambach-la-Ville, fut le témoin d’une bien funeste histoire.

Tourmenté jour après jour par la crainte de l’infidélité de son épouse, son seigneur mit en place un stratagème pour dissiper ses doutes une bonne fois pour toutes. Faisant mine de partir en voyage, il se déguisa, se cacha dans la proche forêt et ne revint devant la forteresse qu’à la nuit tombée.

Pour surprendre l’adultère supposé de la belle, il se mit à escalader les murs sous la fenêtre de la chambre maritale. Mais l’ascension fit tellement de bruit que l’épouse se réveilla en sursaut.

Affolée à l’idée d’être attaquée par d'affreux brigands au sein de ses remparts, cette dernière se saisit de son épée et donna un coup violent sur l’ombre surgissant à la fenêtre. Frappé en plein cœur, le seigneur de Bernstein vacilla et alla s’écraser sans vie en contrebas des hauts murs. Rongée par la peine et le désespoir, la veuve éplorée ne tarda pas à rejoindre son mari dans la tombe.

Depuis ce triste jour, il est possible de voir, à la nuit tombée, un bien étrange attelage : les deux époux repassent éternellement devant le théâtre de leur malheur. Et c’est suivi par une meute de chiens diaboliques que leur carrosse de cristal parcourt l’ancienne voie romaine.